le marché du foin
France

Mise à jour 16/01/2020

SYNTHÈSE DU MARCHÉ

1.1 Définition du marché du foin

Le foin est, selon le Larousse, un fourrage séché, composé le plus souvent de luzerne ou de fléole des prés, destiné à l’alimentation des herbivores. Le séchage des herbes fauchées permet une plus longue conservation et joue donc un rôle d’alimentation des animaux herbivores domestiques quand l’herbe manque dans les zones de pâturage (hiver, sécheresse, etc.). Ses caractéristiques nutritives le distinguent par exemple de la paille, tiges de graminées pauvres en nutriments car séparées des grains lors du battage des céréales. Le taux d’humidité faible (environ 15% à 20%) le distingue également de l’herbe ensilée, conservée par fermentation avec un taux d’humidité de l’herbe (environ 35 à 45%).

Le marché du foin est donc un sous-segment du marché des fourrages. La production fourragère, selon le service de la Statistique et de la Prospective du Ministère de l’Agriculture (AGRESTE), comprend la production des prairies artificielles (semées de légumineuses fourragères cultivées pour 3 ans maximum et cultivées), temporaires (semées de graminées fourragères depuis moins de 6 ans) et des prairies permanentes (semées ou d’origine naturelle, elles produisent depuis plus de 6 ans au moins 1500 unités fourragères par hectare). Les prairies temporaires et permanentes sont destinées à être fauchées, ensilées ou pâturées.

Le marché du foin est aussi un sous-segment du marché de la nutrition animale, qui provient à 52% de céréales (source : Businesscoot). Il concerne les animaux herbivores d’élevage (ils nécessitent l’intervention humaine pour se nourrir toute l’année) : les ruminants (ovins, bovins, caprins et buffles) et les non-ruminants (chevaux, ânes, mulets).

En France en 2018, les cheptels d’herbivores sont, en très grande majorité, composés de bovins (18,5 millions de têtes) et d’ovins (7,2 millions de têtes). Les cheptels caprins (1,2 millions de têtes) et équins (1 millions de têtes) sont plus réduits (sources : Agreste et IFCE).

Les aspects météorologiques, ont, comme pour toute denrée alimentaire, un rôle crucial dans la quantité de foin produite. La pousse d’herbe a été déficitaire en 2018. La production de foin est ainsi menacée, d’autant que l’impact de la tendance à la baisse de la consommation de viande menace le marché. 

Pour lire la suite, acheter l'étude complète

Que contient cette étude de marché ?

  • Quels sont les chiffres sur la taille et la croissance du marché ?
  • Quels leviers tirent la croissance du marché et leur évolution ?
  • Quelles sont les dernières tendances sur ce marché ?
  • Quel est le positionnement des entreprises sur la chaine de valeur ?
  • Comment se différencient les entreprises du marché ?
  • Accédez à la cartographie des entreprises et à leurs profils.
  • Données issues de plusieurs dizaines de bases de données

  • Cette étude de marché est disponible en ligne et en pdf (38 p.)
  • Télécharger un exemple
  • Une question sur cette étude : (+33) 9 70 46 55 00

Analystes

Analyste Freelance

Antoine Louis

Antoine Louis logo 1 Antoine Louis logo 2

Auditeur

Vincent Defrenet

Vincent Defrenet logo 1 Vincent Defrenet logo 2

Contrôle

EDHEC

Imane Essadiq

Imane Essadiq logo 1 Imane Essadiq logo 2

Processus

Analystes & Méthodes

Bases de données

Certification
Service

Conseil experts

Avis (1)

Moyenne sur les 3 derniers mois

le 26/01/2020
Nous avons à cœur de prendre en compte les retours de tous nos clients, consultants ou chef d’entreprise, afin de mieux répondre à leurs attentes.